Blog

Latest Entries

GILLES, 50 ans (Aix-en-Provence, PACA) et VERA, 34 ans (Kharkov)

C’est par hasard que j’ai découvert l’agence au cœur de l’est en naviguant sur internet. Je suis déjà allé en Ukraine, il y a de nombreuses années et j’avais beaucoup aimé le pays et les gens. Les rues sont sures et propres, les personnes accueillantes. Lassé par le climat féminin français, j’ai décidé de changer de pays pour pouvoir construire avec une femme. J’ai préféré me tourner vers des spécialistes plutôt que de partir seul à l’aventure. J’ai été bien inspiré. Tout est organisé pour vous et vous ne vous occupez que de

rencontrer la femme de votre vie. Tous les intervenants sont sympathiques.

L’agence souhaite que vous rencontriez entre 5 et 6 filles. En effet, faire un déplacement pour une personne est bien trop risqué. Les échanges internet ne sont pas très utiles en définitive. A titre d’exemple, je n’ai échangé qu’une seule fois avec Vera sur internet, jeune et jolie Ukrainienne de 34 ans, celle avec qui je suis aujourd’hui. La rencontre s’est bien passée, nous étions dans un lieu qui lui plaît beaucoup et l’a mis à l’aise.

L’interprète sur place a fait son travail et a permis qu’une bonne ambiance s’installe. Nous avons passé une bonne soirée à rire et dès le lendemain nous sommes restés en contact par Viber. Petite précision à ce niveau, n’hésitez pas à installer Viber ou WhatsApp sur vos smartphone, sinon vous risquez de ne pas rester en contact. Mais attention aux erreurs de traduction, au début toute incompréhension est risquée.
Je suis donc rentré en France après avoir été très malade à Kharkiv. Et oui, ce n’est vraiment pas un climat pour un Aixois, la nature est parfois hostile. Je l’ai invité à passer une semaine chez moi dans un village autour d’Aix en-Provence. Elle a accepté.

Je lui ai mis deux chambres, une salle de bain et un toilette à disposition à l’étage. J’ai fleuri la chambre. Je suis très heureux d’avoir rencontré une telle femme, je ne pensais qu’un jour une femme pourrait à nouveau me plaire autant. Elle n’est en plus pas agressive, pas féministe et elle est très féminine. Les femmes de mon âge en France ne supportent plus rien et ont tendance à s’enfermer avec des chats. Les discours mainstream délirant sur le mâle dominateur de 50 ans qui serait sexiste, homophobe, raciste… n’arrangent rien.

A 50 ans, une relation avec une femme française de mon âge relève plus de la discorde et du conflit que des bons moments. Un peu comme si on était la personne qu’il faut détester. Avec Vera tout est différent. Elle a 34 ans, elle est féminine, pleine de vie, elle a un fort caractère sans pour autant avoir une grande gueule.

Je suis très loin de la femme française dont on peut se lasser rapidement. C’est une vraie femme. Cela paraît incroyable qu’elles existent encore.
Je ne peux donc que conseiller aux hommes qui veulent construire quelque chose, que ce soit une famille ou une relation durable, de se tourner vers d’autres pays et pourquoi pas vers l’Ukraine. Après, bien sûr, la vie est ce qu’elle est, les relations humaines aussi, mais vous mettrez toutes les chances de votre côté, à mon avis.

Gilles.


Leave a Comment

Retour