témoignage coeur de l’est

DANIEL, 46 ans (Brest, Bretagne) et NATALYIA, 43 ans (ville natale Kharkov, installée en Pologne depuis le début de la guerre)

Témoignage d’un couple formé depuis la guerre en Ukraine

Je me suis inscrit à l’agence Au Coeur de l’Est mi-mars, malgré la guerre. J’ai échangé avec 2 Natalyia.

La première était en train de partir d’Ukraine quand on a commencé nos échanges, elle s’est arrêtée ensuite en Pologne durant quelques jours en pensant y rester; mais au final elle s’est installée en France, dans le circuit d’aide aux réfugiés, car elle avait déjà des amies en France, mariées avec des hommes français par cette même agence.

La deuxième était réfugiée en Pologne chez sa fille qui y habitait déjà. Avec Natalya de Pologne le contact était dès le début des échanges très chaleureux. Nous étions très enthousiastes à l’idée de nous rencontrer. 

Je suis allé à Lodz voir Natalyia le week-end de Pâques. Nous avons passé un excellent week-end, nous nous sommes rapprochés malgré la barrière de la langue. J’ai pu rencontrer sa fille qui vit et travaille à Lodz depuis quelques années, et sa mère qui a fui l’Ukraine avec elle. Tout s’est très bien passé.

Natalyia est une femme magnifique, elle a beaucoup d’humour et est intelligente. J’ai été frappé par la joie de vivre qui l’anime malgré les circonstances, elle ne sait même pas si son appartement à Kharkiv existe encore ! Elle reste traumatisée par ce qu’elle a vécu ces derniers temps.

Lundi de Pacques nous étions au jardin botanique, un avion est passé, et Natalyia s’est baissée et a regardé le ciel d’un air effrayé ; cela m’a pétrifié et je ne pouvais faire autrement que de la prendre dans mes bras tout en retenant mes larmes et essayer tant bien que mal de la consoler.

Nous sommes clairement tombés amoureux au fur et à mesure de nos échanges sur WhatsApp, notre week-end n’a fait que renforcer nos sentiments l’un pour l’autre.

Nous discutons tous les jours sur WhatsApp et nous nous appelons en visio avec Skype aussi.  Je lui ai envoyé des livres pour apprendre le français.

Je continue mes visites en Pologne pour passer du temps avec elle. Et nous envisageons sa venue définitive en France, ainsi que sa mère et son chat, en juin. 

Merci Kateryna.

Read more