Blog

Latest Entries

VINCENT, 45 ans (Perpignan, Languedoc-Roussillon) et ALEVTINA, 37 ans (ville natale Kharkov, installée en Roumanie depuis le début de la guerre)

Témoignage d’un couple formé depuis la guerre en Ukraine

Avec le bouleversement de la guerre le mode de fonctionnement de l’agence était différent. J’ai contacté la première fois le 10 avril plusieurs jeunes femmes par l’intermédiaire de l’agence. Ensuite, dès que j’ai vu le profil d’Alevtina qui venait de paraitre j’ai su qu’elle pourrait me correspondre. Aussi j’ai demandé à pouvoir la contacter. Déterminée, volontaire, intelligente et surtout très indépendante, dynamique avec de fortes valeurs familiales, traditionnelles.

On me transmet le numéro d’Alevtina après avoir un peu insisté, car j’étais déjà en contact avec d’autres adhérentes que je n’avais pas encore rencontrées. Nous parlons tout deux anglais et cela a été grandement facilitant.

Dès les premiers échanges, avec Alevtina nous nous sommes plu. On a abordé les valeurs : respect, tolérance, honnêteté et échanges seraient notre ciment. Cela nous a permis de nous questionner sur nos démarches respectives, nos projets, notre histoire. Très vite, j’ai été sous le charme de cette belle femme, forte de caractère, mais aussi très attentionnée et vraiment tendre. Elle a apprécié chez moi ma tendresse, mon soutient, mon écoute, mon intelligence et ma sagesse.

Peu à peu on se découvre, on échange sur le quotidien, les enfants, on partage les difficultés liées à la guerre, sa famille restée à la frontière du Donestk et l’inquiétude quand des jours durant elle reste sans nouvelles … moi j’essaye de la faire sourire et de la soutenir.

Puis après 2 semaines, on sent qu’il faut se voir, avec sa détermination elle avait proposé timidement de me rejoindre 3 jours afin qu’on se rencontre. Habituellement c’est a l’homme de venir la première fois selon les traditions ukrainiennes. Encore une fois, je suis impressionné par cette determination, cette capacité a dépasser les interdits qui la caractérisent. C’est décidé : elle vient me rejoindre depuis la Roumanie, où elle est installée en tant que réfugiée.

Plus la date approche, plus on se sent fébrile, on ne veut pas se faire d’illusion, mais on se connait déjà tellement après 2 semaines a échanger intensément que l’on ne peut être déçu.  Je finis de la rassurer en lui proposant un appel video qu’elle accepte.

On se retrouve ensuite à Barcelone le vendredi soir. Et en 10 min c’est fait , je sens que je suis amoureux, je me montre galant, elle apprécie ces gestes simples d’attention. Elle se détend rapidement et je retrouve Alevtina, que je connais, intelligentes, de plus en plus souriante et naturelle, on échange avec humour, on savoure chaque instant du retour sur Perpignan.

Ce weekend-là est magique, je lui fais découvrir ma région, mon mode de vie, on se sent bien ensemble, on s’est trouvé. C’est une évidence. Je peux voir de jour en jour Alevtina s’épanouir, rire et se sentir apaisée.  La communication est facile , on s’en amuse même.

Il y a trop d’éléments a raconter par écrit sur cette rencontre inattendu dans un temps de guerre. On préfère sourire et se dire qu’on a eu de la chance.

Alevtina à présent est retourné en Roumanie ou elle est réfugiée depuis le début du conflits avec ses filles. Sous peu elles vont me rejoindre pour que l’on puisse construire notre avenir …

La première fille d’Alevtina a 6 mois d’écart abec la mienne, par contre sa seconde fille a 11 ans. Kira qui a 11 ans va vivre avec nous. Lera qui a 19ans veut juste venir le temps que la guerre soit finit . Apres elle souhaite vivre en Ukraine avec son petit ami. 

La prochaine étape est donc qu’Alevtina viendra au plus vite avec ses 2 enfants. Nous sommes très heureux. Et espérons vivre ensemble bientôt.

Nous vous confirmons tous les deux le sentiment que nous avions avant de nous rencontrer. Nous sommes tombés amoureux dès le premier regard. 

Retour